Egalité professionnelle: une nouvelle occasion gravement manquée par l'administration!

Après de très longs mois de silence, le groupe de travail "Égalité professionnelle" était enfin relancé le 27 avril 2017. Enfin était censé être relancé...

  • aucun document préparatoire ni remis en réunion

  • une introduction rapide du DRH prenant quelques engagements de principe sur la future charte...un DRH qui aurait dû rester plus longtemps pour constater l’étendue des dégâts, et prendre la mesure des difficultés de sa mise en œuvre et de son suivi !

  • 2 seuls points inscrits à l’ordre du jour :

    • Projet de recherche sur les écarts de rémunérations entre hommes et femmes par Annick Vignes (directrice de recherche à l’ENPC) : une démarche certes intéressante, mais en auto-commande et venant désespérément chercher auprès des organisations syndicales les éléments fondamentaux que l’administration est incapable de lui fournir.

    • Préparation de la future charte égalité (méthode et calendrier) : point non traité par absence totale de pilotage de la réunion, la Haute-fonctionnaire en charge de l’égalité s’apercevant au moment d’aborder ce sujet...qu’elle avait un rendez-vous plus important ailleurs !!

Une véritable parodie de dialogue social qui explique le retard pris dans la prise en compte concrète des problématiques d’égalité professionnelle dans nos ministères!

 

FORCE OUVRIERE demande l’ouverture de réelles négociations pour aboutir à une charte 2018-2021 ambitieuse et dotée de moyens concrets, visant au progrès social et non à l’alignement vers le bas généralisé. En arrêtant de chercher à stigmatiser certains corps ministériels pourtant parfois cités comme exemple en interministériel et à jeter aux orties les modes de gestion collectifs pour leur substituer des dispositifs individuels basés sur l’arbitraire et l’opposition entre les agents !
 

FORCE OUVRIERE exige la mise en place d’un cadre de dialogue structuré et piloté, dans l’écoute et le respect des représentants du personnel, ce qui est bien loin d'être le cas à ce stade!

 

Pour en savoir plus, retrouvez ici notre FOcus du 2 mai 2017.

 

Retour à la page précédente